« Koh », c’est le terme japonais pour désigner l’encens ou le parfum.

La fabrication de l’encens est un processus délicat. Le savoir faire des maîtres artisans est fondamental pour en contrôler toutes les étapes de sa création : la qualité et l’origine des matières premières, l’humidité de l’air, température, choix de l’eau, mélange, temps de séchage…Tout a une influence pour obtenir un bâtonnet qui brûle correctement et qui émet sa senteur d’une façon délicate.

LE BROYAGE

L’écorce du tabu, les bois aromatiques, les résines naturelles, les bois précieux, les épices, les composants floraux…seront broyés pour obtenir une poudre très fine.

LE MÉLANGE

Les ingrédients sont mélangés selon une proportion d’antiques recettes. On y ajoute un peu d’eau et la pâte qui en résulte se place dans des bacs pour être pétrie.

LE BOUDINAGE

Le mélange est introduit dans la machine qui permet d’extruder les bâtonnets d’encens. Il est possible d’utiliser des moules pour obtenir des cônes et des spirales.

LA DÉCOUPE

Les bâtonnets sont découpés à taille égales et seront disposés soigneusement sur des supports en bois pour les faire sécher.

LE SÉCHAGE

Les encens sont ensuite disposés dans une grande pièce où la température et le taux d’humidité sont contrôlés par un système de persiennes et de fenêtres qui ne laissent passer que la quantité d’air et de lumière nécessaires.

CONDITIONNEMENT

Les encens sont conservés dans les ateliers pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’ils soient bien secs. Il est alors possible de les rassembler pour les emballer.