L’île de Taiwan, célèbre pour ses thé wulong de très belle qualité, produit également d’excellents thés noirs (thés rouges en chinois). Ils sont essentiellement destinés au marché local et encore peu connus en dehors de l’île. Ce sont des thés de dégustation, dont les théiers proviennent principalement de la région du lac Sun Moon et à l’est de Taiwan (régions de Hualien et Taitung).

Parmi les plus typiques, il existe un thé issu d’un cultivar (variété de théier) appelé Taiwan 18, ou simplement T-18. C’est un thé unique, très recherché aujourd’hui parmi les connaisseurs. Ce théier est le fruit d’un croisement entre une variété sauvage endémique de l’île et une variété Assamica de Birmanie. Les feuilles sont ensuite oxydées selon une méthode bien particulière qui confère au thé un caractère singulier, apportant des touches de menthe fraîche. Vraiment original pour un thé noir, c’est un thé à découvrir.

L’île produit aussi des thés plus conventionnels, à partir de variétés Assamica (grandes feuilles), que l’on trouve notamment en Inde ou dans le Yunnan en Chine. Mais le savoir-faire taiwanais dans la transformation des feuilles fraîches du théier diffère, créant ainsi des thés délicats aux bouquets complexes, qui nous rappellent certains thés wulong, spécialité de l’île. On notera aussi l’utilisation pour certains thés de théiers plus matures. Il s’agit d’arbres âgés de plusieurs dizaines d’années (dans le Yunnan, on trouve des arbres de plusieurs centaines d’années) dont la différence au palais est flagrante, comparé à de jeunes buissons.

Voici le seul résultat