La culture du thé en Thaïlande se concentre dans le nord du pays, proche des frontières avec le Myanmar (Birmanie) à l’ouest, et avec le Laos à l’est, à une altitude de 1 000 mètres et plus.

Depuis les années 1980, la culture du thé a été accélérée et soutenue financièrement par le roi Rama IX, dans le but d’encourager les fermiers et leurs familles à délaisser la culture de l’opium et de sécuriser leurs revenus. C’est de l’île de Taïwan qu’ont été importés les techniques et les plants de théiers de premier choix durant les années 1990. La Thaïlande a ainsi pu développer le nombre de jardins de thé, jusque dans les villages reculés des montagnes.

Le pays reste un jeune producteur de thé mais s’apprête à laisser une empreinte durable dans la production mondiale.